La Banque Coop affiche une belle croissance

BALE – Le bénéfice consolidé de l’exercice de la Banque Coop SA a progressé de 50,2% à CHF 57,5 millions, un nouveau record. Le bénéfice brut s’est accru de 3,4% à CHF 96,7 millions. Alors que le produit d’exploitation est resté stable avec CHF 228,2 millions, les charges d’exploitation ont continué de diminuer, tombant à CHF 131,5 millions (-2,4%). Le cours de l’action Banque Coop a augmenté de 12,9% à CHF 52.50. Le Conseil d’administration propose à l’Assemblée générale le versement d’un dividende inchangé de CHF 1.70 par action au porteur.

Vue d’ensemble de l’exercice 2004

Chiffres clés

Le président du Conseil d’administration, Willi Gerster, a parlé d’un „résultat réjouissant“. Il a relevé que la Banque Coop se trouve sur la voie d’une croissance régulière, se déclarant optimiste pour l’avenir.

Croissance durable

En 2004, le total du bilan de la Banque Coop a pour la première fois dépassé la barre des 10 milliards, avec CHF 10,2 milliards, ce qui se reflète du côté des actifs par une nouvelle progression des prêts hypothécaires à CHF 8,1 milliards (+7,6%). Les fonds d’épargne, pour leur part, ont enregistré une hausse plus modérée de 3,6% pour s’inscrire à CHF 4,64 milliards. Selon David Becher, le président de la Direction générale, ce ralentissement est imputable aux volumes moindres versés sur le compte d'épargne Supercard. En revanche, les autres engagements envers la clientèle se sont nettement accrus de 11,4% à CHF 1,68 milliard. Globalement, les avoirs gérés de la clientèle atteignaient au 31.12.2004 CHF 14,3 milliards.

Point fort: les opérations de commissions et de prestations de services

Côté produit, les opérations de commissions et de prestations de services se distinguent par une progression de 8,9% à CHF 56,6 millions. La principale source de revenu de la Banque Coop, les opérations d’intérêts, est demeurée stable avec un plus de 1,1% à CHF 154,0 millions, ce qui s’explique par des marges plus étroites dans le secteur des hypothèques ainsi que par de nouveaux transferts des hypothèques à taux variable vers celles à taux fixe. A cela s’ajoute que, durant les trois premiers trimestres, la Banque Coop n’a pratiquement pas réalisé de gains dans le cadre des opérations de couverture de taux à la suite d'un changement de stratégie adopté en 2003 dans le but de minimiser les risques. Le résultat des opérations de négoce a diminué de 5,0% à CHF 13,2 millions, ce qui est, entre autres, attribuable à une limitation volontaire des risques dans le négoce en compte propre. Pour finir, en raison d'un résultat sur immeubles en recul, les autres résultats ordinaires se sont repliés de 33,7% à CHF 4,1millions.

Nouvelle réduction des charges

Grâce à une gestion stricte des coûts, les charges d’exploitation ont à nouveau diminué pour retomber à CHF 131,5 millions (-2,4%), ce qui est en premier lieu dû à un amenuisement des autres charges d’exploitation de 6,6% à CHF 55,4 millions. Une baisse sensible des coûts d’informatique ainsi que la réintégration du centre de reprographie ont largement contribué à cette évolution réjouissante. Avec une augmentation minime de 0,9% à CHF 76,1 millions, les charges de personnel sont restées pratiquement stables. Les effectifs, apuré du temps partiel (apprentis calculés à 50%), se sont légèrement contractés, passant de 633 à 628 unités de personnel. Le revenu stable et la gestion conséquente des coûts se reflètent aussi dans le cost/income-ratio, qui s’est amenuisé par rapport à l'exercice précédent, passant de 59% à 57,6%.

Apurement des charges du passé

Les charges du passé qui existaient lors de l’acquisition de la majorité des actions par la Banque Cantonale de Bâle, ont été apurées jusqu’à fin 2004. Dans ce contexte, Willi Gerster a adressé aux représentants de Coop des remerciements particuliers pour la bonne collaboration dans l’organisation du work-out, qualifiant Coop de "partenaire parfois très dur, mais toujours loyal". Les diverses ventes d’immeubles constituent le motif principal de la forte progression du produit extraordinaire. Il s’est inscrit à CHF 12,6 millions.

Renforcement supplémentaire des réserves

En vue de la croissance future, ce bon résultat permet à la Banque Coop d’attribuer CHF 22,5 millions (exercice précédent: CHF 11 millions) aux réserves pour risques bancaires généraux. En conformité avec les règles relatives à la présentation des comptes, cette attribution n’est plus déduite dans la clôture consolidée – contrairement à la clôture individuelle. Le bénéfice de l’exercice consolidé s’est donc accru de 50,2%, alors que dans la clôture individuelle, il a légèrement diminué de 1,8% comparé à l’exercice précédent. Il se situe à CHF 30,2 millions. Par contre, le bénéfice porté au bilan s’est accru de 0,4% à CHF 42,9 millions.

Evolution réjouissante de l’action Banque Coop

Les progrès enregistrés par la Banque Coop profitent également à ses actionnaires. L’introduction d’une action unique, approuvée par l’Assemblée générale 2004, constitue une condition importante pour un fonctionnement optimal de la démocratie des actionnaires, ce qui a été récompensé par une nouvelle hausse du cours de l’action. Il est passé de CHF 46.50 à CHF 52.50 (12,9%). Le dividende brut proposé de 8,5% ou CHF 1.70 par action correspond à un rendement du dividende de 3,2%. L’action Banque Coop peut donc toujours être qualifiée de perle en la matière.

Envisager l’avenir avec optimisme

Le président du Conseil d’administration voit l’avenir en toute confiance. Grâce à l’assainissement des charges du passé, à l’excellent travail de fond réalisé ces dernières années, mais aussi à l’appui de la solide maison-mère, la Banque Coop est aujourd’hui fort bien préparée pour relever les défis des années à venir et pour passer le cap des 100 millions de bénéfice brut, budgété pour 2005.

Comptes annuels consolidés Banque Coop SA
Clôture individuelle Banque Coop SA
Chiffres clés - une comparaison sur 5 ans



Pour tout complément d’informations:
Christoph Loeb
Responsable Communication
Tél. 061 286 24 04
E-mail: christoph.loeb@bankcoop.ch